Le tissé-teint en France

En France, entre 1720 et 1740, de nombreuses améliorations sont apportées aux métiers à tisser. Les ingénieurs Basile Bouchon et son élève Jean-Baptiste Falcon vont adapter un système de cartes perforées permettant de programmer différents tissages d’armures sur les métiers, qui sera successivement amélioré par Jacques Vaucanson. On dit d’un tissu qu’il est tissé teint lorsque son tissage est réalisé à partir de fils préalablement colorés de tonalités diverses. L’utilisation combinée de fils teints en chaîne et en trame, démultiplie les effets de carreaux et de rayures et offre, en combinaison avec les jeux d’armures, une infinité de possibilités : chambray, denim, pied-de-poule, ou encore vichy.
La société alsacienne Emanuel Lang, établie à Hirsingue, détient depuis 1856 un savoir-faire reconnu dans la coloration de fils et le tissage de tissés-teints avec une prédilection pour les tissus de chemises. Elle crée, développe et produit des tissus destinés à la confection de vêtements de mode ou de travail. Labellisée Alsace Terre Textile, l’entreprise propose des produits dont le cycle de production s’inscrit majoritairement dans la région.
Converter dans le domaine du textile, l’entreprise Texcil, située à Zillisheim s’appuie de son côté sur les savoir-faire d’entreprises françaises de tissage et d’ennoblissement afin de produire des tissus pour le secteur du vêtement de travail et de la mode. Son expertise s’étend également à l’impression numérique ainsi qu’aux finitions techniques sur tissu (micro-encapsulation, traitement téflon, easy-care, anti-UV, Sanitized…) et son service interne de création sort deux collections par an, tout en proposant ses services pour la personnalisation de tissus et la création de dessins.
Le salon Made in France Première Vision accueille chaque année une sélection d’acteurs qui proposent aux maisons de luxe et aux studios des grandes marques, leurs expertises et leurs services en matière de tissé-teint.