Le tissage jacquard en France

Le métier à tisser Jacquard pourrait résumer à lui seul l’histoire de la révolution industrielle : son invention en 1801 change profondément le paysage de la confection textile et ne cesse de bénéficier d’améliorations qui l’adaptent à différentes activités telles que la dentellerie ou la rubanerie. Il permet de créer des motifs complexes grâce à un système de cartes perforées qui l’apparente aux premiers ordinateurs, dont certains affirment qu’il en est l’ancêtre. Loin d’être un objet de musée, le métier Jacquard est aujourd’hui entièrement automatisé et inclut des processus de production modernes, notamment de brocart et de damas, autant pour la mode que l’ameublement.
On compte au sein des fabricants de tissus utilisant le système Jacquard, l’entreprise Deveaux – presque bicentenaire – et dont la longue présence sur le marché lui a permis de développer une expertise plurielle du textile d’habillement, de la création à l’ennoblissement, en passant par le tissage et le tricotage. Située à Saint-Vincent-de-Reins, la société met l’accent sur une fabrication de proximité exclusivement française, et une grande sensibilité aux tendances du moment afin de proposer une large gamme de tissus fantaisie à ses clients locaux et internationaux.
A quelques kilomètres au sud, à Saint-Symphorien-sur-Coise, l’entreprise familiale Vialaton Martin & Fils, fondée en 1921, se tourne peu à peu vers la fourniture, le prêt-à-porter femme, enfant et homme, pour finalement compléter sa diversification avec la production de tissu jacquard. Grâce à son parc important de métiers à tisser et à son service création, l’entreprise réalise deux collections par an dans une large variété de matières fantaisies et de coloris.
Le salon Made in France Première Vision accueille chaque année une sélection d’acteurs qui proposent aux maisons de luxe et aux studios des grandes marques, leurs expertises et leurs services en matière de tissage Jacquard.

MadeInFrance17_263
Tissages Jacquard, Deveaux

Crédit photo : © Première Vision / Nicolas Rodet