La confection floue en France

C’est en 1829 que Barthélémy Thimonnier, originaire de la région lyonnaise, met au point le premier métier à coudre. L’année suivante, suite au dépôt de brevet, s’ouvre à Saint-Etienne le premier atelier mécanique de confection du monde qui fabriquera des uniformes pour l’armée française et ne tardera pas à révolutionner la confection de mode. Au XXème siècle, avec l’émergence du prêt-à-porter, la couture floue, digne héritière de la couture manuelle, bénéficiera à son tour de l’utilisation de machines à coudre. Définie d’abord par la nature des tissus utilisés, généralement caractérisés par un tombé souple et fluide, adapté à la confection de chemisiers et de robes, l’activité conserve encore aujourd’hui pour certaines finitions, l’emploi de techniques manuelles.
Situé à Bourg-en-Bresse, 7Fashion est un exemple d’atelier de lingerie de luxe et de prêt-à-porter haut de gamme dont les modèles sont façonnés par des couturières expertes en corseterie, soignant chaque étape de fabrication. Entreprise familiale à taille humaine, 7Fashion met à disposition l’expertise pluridisciplinaire de son équipe pour accompagner ses clients, du premier prototype jusqu’à la fabrication du produit fini.
Le salon Made in France Première Vision accueille chaque année une sélection d’acteurs qui proposent aux maisons de luxe et aux studios des grandes marques, leurs expertises et leurs services en matière de confection.

deshabille

Crédit photo : © Première Vision / Nicolas Rodet